NOTE TECHNIQUE – Autoconsommation photovoltaïque dans le tertiaire et l’industrie

HESPUL exploitant de 10 installations photovoltaïques

Pour faire suite au petit déjeuner pro d’avril 2015 sur l’autoconsommation >36kVA, l’équipe photovoltaïque d’HESPUL publie une note technique agrémentée de retours d’expériences.

Cette note technique « Autoconsommation photovoltaïque dans le tertiaire et l’industrie » s’appuie sur la note de décryptage et de positionnement publié par HESPUL en janvier 2014 : elle a pour objectif, sur la base des notions définies et des recommandations émises dans la précédente note, d’informer l’ensemble des acteurs des retours d’expérience collectés par HESPUL.

Les solutions présentées dans cette note n’ont pas toutes été mises en œuvre : leur présentation a également pour vocation d’inciter des porteurs de projet à développer des projets dans ces nouvelles configurations.

Pour rappel, l’autoconsommation peut se définir au sens physique et/ou au sens économique. Les retours d’expérience, présentés au début de cette note, ne se préoccupent pas de savoir quel est le mode de valorisation économique de la production (vente de la totalité, vente du surplus, autoconsommation totale) : il s’agit d’un retour de taux d’autoconsommation et de taux d’autoproduction physique pour différents profils types.

Les schémas de raccordement, présentés par la suite, illustrent la différence entre injection (flux physique) et vente (flux économique). En particulier, est détaillée une solution d’autoconsommation physique avec vente de la totalité de la production et valorisation économique d’une partie de l’autoproduction.

La dernière partie propose de s’interroger sur les raisons objectives de limiter l’injection physique et de trouver des solutions à moindre coût pour augmenter la capacité d’accueil du réseau.

Télécharger la note