NOTE D’ANALYSE – L’autoconsommation collective de la production photovoltaïque

raccordement Hespul

L’équipe d’Hespul a rédigé une note comparative de solutions de comptage pour l’autoconsommation collective de la production photovoltaïque, pour des applications aux bâtiments collectifs d’habitation, aux bâtiments collectifs de bureaux, aux réseaux dits « fermés » et aux réseaux privés.

Faisant suite à la note de positionnement sur l’autoconsommation publiée en janvier 2014 ainsi qu’au groupe de travail sur le même sujet mené par la DGEC qui lui ont valu de multiples sollicitations sur la notion d’« autoconsommation collective » qu’elle avait mise en avant, l’équipe d’Hespul publie aujourd’hui une note d’analyse sur cette question à la fois sensible et compliquée.

Forte de ses compétences techniques dans le domaine du raccordement au réseau, de sa longue pratique en matière d’analyse juridique et des retours d’expérience auxquels elle a accès grâce à ses nombreux partenariats européens, elle a procédé à une évaluation comparative des différentes solutions de comptage pour l’autoconsommation collective dans les bâtiments d’habitation et/ou de bureaux, ainsi que dans le contexte des réseaux dits « fermés » et/ou « privés ».

Ces solutions, qui  ne sont pas applicables dans l’environnement contractuel et réglementaire en vigueur aujourd’hui mais peuvent être déployées dans le cadre d’expérimentations, constituent une alternative au schéma classique de «  vente en totalité » de la production photovoltaïque censée permettre de contrebalancer dans certaines situations des conditions tarifaires actuelles inadaptées pour les installations d’une puissance supérieures à 9 kWc.

Leur périmètre d’application est limité (bâtiment collectif, réseau fermé/privé) et les modèles complexes de facturation qui les sous-tendent engendrent des frais supplémentaires liés au comptage : elles ne contribueront donc au déploiement du photovoltaïque que dans certains cas spécifiques et ne doivent en aucun cas masquer la nécessité d’une stratégie cohérente et ambitieuse qui reste à construire au service du développement du photovoltaïque en France, dans laquelle les différents modèles d’affaires (vente de la totalité, vente du surplus, autoconsommation) doivent cohabiter harmonieusement et non être mis en opposition les uns avec les autres.

Télécharger la note

Consulter un webinaire du CLER à ce sujet : Comprendre les intérêts et les limites de l’autoconsommation d’électricité